Laval 0-2 Angers : Même en Coupe, cette sale routine se répète...

Et un nouveau derby, qui plus est à Le Basser et en coupe, remporté par Angers ! Les lavallois ont semblé capables de prendre le dessus toute la première période, mais se sont fait poignarder dès le retour de vestiaires, avec un arbitrage qui n'a pas aidé, avant de se faire crucifier sans trop chercher à ressusciter. Issue aussi regrettable que normale et douloureuse donc.

ewolo-dore-angersd-cdl.jpg

Férébory Doré devance Oscar Ewolo, Laval a perdu la maîtrise à domicile contre son rival. © SO

Cette fois, encore, les supporters lavallois avaient espoir. Espoir que leur équipe (re)prenne le dessus sur celle du rival angevin, pas battu depuis cinq saisons, et qui avait même eu le dédain de venir s'imposer à Le Basser l'an passé en mini hold-up : Laval avait semblé mieux globalement, mais avait craqué irrémédiablement juste au retour des vestiaires sur un corner repris par Hénin. Bis repetita ce mardi pour le second tour de Coupe de la Ligue : on a pu espérer que les Tango concrétisent une domination petit à petit installée, en tenant d'avantage le ballon, avec moins de précipitation et de déchet à le balancer devant que l'adversaire. Du moins en première période, et puis Laval n'avait pas devant un Doré, omniprésent sur toute la largeur du terrain, qui a fait mal à la défense mayennaise, très mal, même s'il n'a pas marqué. Ceux qui feront vraiment très mal plus tard, c'est Keseru et Diers, que l'on retrouve rapidement : le premier décoche le premier tir du match, dans les gants de Balijon (2e), le second a une belle occasion en crochetant Balijon, mais ne peut rabattre son tir dans le cadre (17e). Pour le reste Laval cherche progressivement à prendre la maîtrise du ballon, sans être très tranchant, mais c'est plus plaisant de voir son équipe dans cette situation, avec une charnière Falette-Talmont qui tenait, en première période.

Une première période pas mal gérée, malgré quelques doutes s'installant

Une première période finalement pauvre en occasion, malgré quelques coups de reins de part et d'autre, avec un SLMFC dont le duo d'attaque était inédit : Do Marcolino de retour à un poste de titulaire en pointe, avec en soutient Hamdi qui a peiné à faire parler sa vivacité. Particulièrement devant le tueur de l'an passé, pas très rapide mais doué dans l'anticipation, Hénin. Hénin c'est aussi un symbole de son équipe qui n'a rien de très plaisante à voir jouer, qui cherche vite à balancer vers Doré comme c'était déjà le cas avec Charbonnier, ou à botter en touche : en attendant les événements concrets leurs ont donné raison, ils ont marqué deux buts sans en encaisser. Du côté mayennais on essaye tantôt dans l'axe, ou sur les côtés avec Gamboa qui réussit quelques débordements, mais ses centres n'obtiennent pas mieux que des corners, à leur tour vains... bien qu'à la mi-temps l'espoir soit de mise ! Pour moins d'une minute en seconde période : une perte de balle à une trentaine de mètre des buts lavallois, avec un tirage de maillot grotesque mais non sanctionné de Manceau – coutumier du fait ce soir – sur Falette, et une relance axiale que reprend victorieusement Keseru d'un missile pleine lucarne à l'entrée de la surface, c'est comme ça que les espoirs se muent en cauchemar (0-1, 46e).

Laval est poignardé dès le retour des vestiaires sur une volée de Keseru en lucarne

On sent en effet que l'histoire se répète comme la saison passée, mais que Laval a des ressources, ils l'ont montré notamment face à Auxerre, alors qu'Angers restent sur trois défaites : il fallait juste être plus tranchant et un tantinet efficace devant. Mais c'est déjà beaucoup, de trop pour les Tango. Leurs tentatives d'assaut ne donnent rien, et le SCO mène des contres aboutits par des tentatives de but comme celle de l'ouverture du score, en cherchant à placer la balle sous la barre, parfois involontairement comme un centre-tir de Diallo sur la gauche que claque Balijon in extremis en corner (66e). Corner qui ne donne rien, les Tango tentent de repartir de l'avant, mais ils sont repris et le contre est meurtrier : Keseru lance Diers qui se présente face à Balijon, la frappe de l'angevin passe sous le portier local (2-0, 68e). Philippe Hinschberger fait alors rentrer Gonçalvès et Viale, qui vont se procurer chacun une occasion, puis Perrot qui apportera de nouveau un dynamisme non-récompensé. Gonçalvès frappe un coup-franc aux vingt mètres, sur lequel Letellier plonge et dévie in extremis le ballon (70e), avant que Viale ne soit à la retombée d'un centre de Belaud, mais sa tête est captée sans trop de soucis (72e).

Laval sans réaction, Laval broyé et éliminé à la maison

Deux timides réactions en peu de temps, qui seront pourtant les rares tentatives de sursaut des Tango. Pas aidés par l'arbitrage de M.Perreau Niel : le tirage de maillot sur l'ouverture du score, le coup-franc de Gonçalvès aurait pu/dû être un penalty, un tir contré par la main décollée du corps de Fall, le tacle le bras en l'air qui arrête le ballon par sur un centre de Gonçalvès... Quand ça ne veut pas, ça ne veut pas. Et Angers est tout proche d'enfoncer le clou : Doré joue les artistes balle au pied, et s'en sort de ses grigris à l'entrée de la surface d'un missile qui lèche le poteau gauche de Balijon (75e). Laval n'y croit plus, n'y est plus, même les combattants qui ont fait leur match individuellement comme Betsch ou Makan Traoré ont les jambes lourdes. Angers frappe un dernier coup-franc juste au-dessus de la barre (82e), et la rencontre se termine doucement... Angers n'a pas bien joué mais a géré pour gagner, et ses 200 supporters peuvent chambrer les à peine 4000 lavallois qui font monter les huées. Les huées d'une élimination en Coupe, les huées d'une défaite face au voisin angevin. Une défaite qui fait mal, avec un goût sacrément amer qui sera dur à avaler, qu'importe la suite des événements, dès vendredi à Le Basser contre Nîmes.

Charles.T

 

STADE LAVALLOIS MFC 0-2 SCO ANGERS

2e tour de Coupe de la Ligue – Stade Francis Le Basser

Arbitre : M. Perreau Niel - 4 170 spectateurs.

BUTS : Keseru (46e), Diers (68e).

AVERTISSEMENTS : Betsch (37e) ; Frikeche (13e), Diallo (41e).

LAVAL : Balijon - Belaud, Falette, Talmont, M. Traoré - Le Baron (Perrot, 71e), Ewolo (cap) (Gonçalvès, 67e), Betsch, Gamboa (Viale, 67e) - Hamdi, Do Marcolino. Non entrés : Vanhamel, Rose. Entraîneur : Ph. Hinschberger.

ANGERS : Letellier - Fall, Decamps, Hénin, Diallo - Frikeche, Auriac (cap), Manceau (Rousseau, 80e)- Diers (Ravet, 73e), Keseru, Doré (N’Samé, 87e). Non entrés : Malicki, Lemaire. Entraîneur : S. Moulin.

 

© Allez-Laval.e-monsite.com

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site