Les coachs sont plutôt satisfaits...

Alors que les supporters ont assisté à deux heures de piètre football, avec quelques rares occasions qui ont rajouté une mélodie d'actions toutes plus gâchées les unes que les autres à un concert de longs ballons hasardeux, et que les joueurs ont également eu plusieurs signes de mécontentement et agaçement, les deux entraîneurs étaient plutôt satisfaits à chaud. Chacun dans leur position.

joie-laval-lemans-cdl.jpgLa joie débordante des Tango à l'issue de la séance de tirs au but. © Ouest-France

La Coupe a ce parfum unique auquel le stade Francis Le Basser n'avait pas goûté depuis la saison 2010-2011. Cette sensation que peu importe le contenu et le néant qui peut s'y trouver, il n'y aura que l'issue qui déterminera si la joie ou la peine suit cette rencontre dans l'esprit des joueurs, du staff et du public. Ainsi beaucoup de supporters s'accordent à dire qu'ils n'avaient pas vu un match avec si peu de saveur depuis longtemps, mais ils ont cependant vibré et poussé leur équipe avec beaucoup de ferveur, durant le temps réglementaire, les prolongations et les tirs au but... avant d'exploser de joie, comme les joueurs qui avaient pourtant conscience de ne pas être au top étant donné les nombreux signes d'agaçements des uns et des autres tout au long de la rencontre. Mais au final seule la qualification compte et doit guider l'esprit des supporters et de leur équipe à la joie ce mardi soir ; ou plutôt dans la nuit de mardi à mercredi.

"On a de grosses occasions et on a répondu présent face à une équipe très puissante." - P.Hinschberger

"On a de grosses occasions, pointait Philippe Hinscherber à chaud, et on ne peut pas le contredire en repensant à tous les centres de Gamboa, les accélérations d'Hamdi, mais aussi et surtout les ratés de Viale et Gimbert aux abords du but de Janot. On a répondu présent face à une équipe très puissante." Oui Le Mans était puissant, avec beaucoup de joueurs costauds et très grand, mais qui du coup avait de la peine à jouer au sol, et Laval n'a fait preuve de lucidité qu'avec beaucoup trop de parcimonie pour chercher à construire au sol, et a multiplié les fautes de maladresses dans tous les domaines : la récupération, la relance, la finition surtout. "Nous n'avons pas très bien joué en première mi-temps mais ce n'est pas très évident de jouer contre Le Mans, une équipe athlétique je le répète," insiste l'entraîneur lavallois, qui est donc plutôt réjoui de cette victoire de son équipe, synonyme de qualification il est vrai, et c'était bien ça le plus important.

"Mes joueurs ont beaucoup appris ce soir" - D.Zanko

Mais côté manceau, pas de qualification mais aussi de la satisfaction : dans le fond, la défaite est survenue au bout du suspense lors de la loterie des tirs aux but. "Quand on arrive à la séance des tirs aux buts, on sait qu'on jette une pièce en l'air, a réagi Denis Zanko à chaud, qui estime aussi que son équipe a tenu la dragée haute face à des lavallois tenaces ; bien que jamais capables de vraiment mener le match. On a démontré qu'on était capable de réaliser des choses intéressantes avec la plupart des joueurs de notre équipe de Gambardella. Nous avons affrontés une équipe en pleine euphorie, invaincue depuis plusieurs matchs. Malgré tout, les deux équipes étaient proche l'une de l'autre. Les garçons ont beaucoup appris ce soir." Le coach manceau pense donc que cette chute en Coupe de la Ligue aidera son équipe pour la Ligue 2, côté lavallois on se réjoui d'avoir "tenu" 120 minutes et arraché la qualification aux tirs au but. Si la joie domine sur tout le reste, tant mieux : il est désormais temps de se tourner vers le championnat aussi... en attendant Angers à la fin du mois.

Charles.T

© Allez-Laval.e-monsite.com

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site