Un derby des extrêmes à jouer pleinement

Sur une série de trois 0-0 consécutifs, Laval se déplace à Angers, 2e de L2 et toujours en phase de digestion du match aller. Un match aller qui avait lancé la saison de Tango décomplexés.

Cappone adeoti lens is53A l'image de Cappone et Adeoti, Laval espère s'appuyer à nouveau sur une perméabilité défensive pour tenter un coup à Jean-Bouin. © stade-lavallois.com

Vendredi, la Saint-Valentin. Samedi, la fête des voisins. Deux semaines après son voyage à Lens, le Stade Lavallois va retrouver les caméras de BeIn Sport du samedi en début d'après-midi. Pour un nouveau déplacement bien périlleux : à Angers. Angers, qui a chipé la seconde place du classement aux lensois depuis ; quand Laval n'arrive pas à prendre ses distances avec la zone rouge. Ce derby Ligue 2 des Pays-de-la-Loire sonnera donc de nouveau comme celui des extrêmes. A l'aller, il avait opposé le leader à la lanterne rouge, avec l'issue que l'on sait (4-1). Cette correction infligée aux Scoïstes ne doit en aucun cas embraser les lavallois avant de se rendre à Jean-Bouin. Simplement, elle doit leur affirmer qu'ils sont capable d'aller y faire quelque chose d'intéressant, malgré des états de forme contraires. Sur les huit derniers matchs toutes compétitions confondues, Angers reste sur six victoires et deux nuls, Laval sur quatre nuls et quatre défaites.

De nouveau le derby des extrêmes

Les Tango ont besoin d'un nouveau déclic dans cette deuxième partie de saison. Durant la phase aller, c'est le derby sur la pelouse de Francis Le-Basser qui avait libéré la bande de Christian Bekamenga – auteur d'un doublé - et consorts. Samedi, il pourrait donc bien y avoir un coup à jouer pleinement. Surtout que les prochaines rencontres s'annonceront sous haute-tension, face à des concurrents des plus directs : Istres (17e), Brest (19e) et Bastia (20e). A Jean-Bouin, Laval n'aura pas grand-chose à perdre. Lors des deux derniers déplacements dans le Maine-et-Loire, les mayennais ont fournit des performances mal-récompensées, avec un Malicki décisif et bien aidé par ses montants. Il faudra donc se déplacer avec de l'ambition, et de l'ingéniosité pour faire déjouer des angevins qui attendent de pieds-fermes les Tango, malgré un match de Coupe disputé mardi. Mais plus que les jambes angevines, c'est plutôt le terrain qui aura été marqué de cette qualification après 120 minutes face au CA Bastia (4-2, ap).

Un appui sur la solidité défensive et les anciens de Jean-Bouin

Pour l'ingéniosité offensive, qui pêche depuis plusieurs semaines, Laval pourra compter sur le retour de suspension de Bekamenga. En revanche, il faudra faire sans Baby (poignet), et ce pour plusieurs semaines. Philippe Hinschberger s'appuiera sur les hommes qui font la solidité défensive depuis trois rencontres, avec Coulibaly en sentinelle aux côtés d'Alla et Gonçalves – que l'on espère aussi affûtés qu'au match aller. Reste à savoir qui occupera le couloir gauche au milieu de terrain : Renouard pourrait avoir les faveurs du coach. Lui l'ancien chouchou de Jean-Bouin, qui retrouvera son ancien club, de même que Lionel Cappone – c'est à Angers, en 2005-2006 qu'il a connu sa dernière saison pleine en tant que gardien titulaire – et Malik Couturier. Ce dernier dont on peut rappeler qu'il n'a jamais perdu un derby entre Laval et Angers. En espérant que l'on puisse toujours le claironner samedi aux alentours de seize heures.

CT

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site