Une répétition qui commence à inquiéter

Troisième 0-0 consécutif pour les Tango, de nouveau incapables de trouver la faille à Le Basser, contre un adversaire recroquevillé. Un point, c'est insuffisant ; ne plus gagner, c'est inquiétant.

Coulibaly dijon imagesport53Gary Coulibaly a réussi ses débuts en sentinelle... mais ce n'est pas ça qui fait marquer Laval. © Image Sport 53

Le Stade Lavallois avance avec le credo que tous les matchs ont le même intérêt comptable. Aucune rencontre n'est véritablement plus importante qu'une autre – une pensée qui évite notamment de tirer des conclusions funestes, comme ça pourrait par exemple être le cas après Dijon. Et pourtant, face aux joueurs de la Côte d'Or, les Tango auraient bien été inspirés de l'emporter... Pour mettre fin à leur pénurie de victoire (sept matchs), pour se soulager au classement et se rassurer surtout, avant le fameux derby à Angers. « On a mis à mal le 4e du championnat, qui n'a quasiment pas eu d'occasion, souligne Philippe Hinschberger. Nous avons fait notre match. Que voulez-vous reprocher à cette bande de joueurs du Stade Lavallois ? Rien, si ce n'est de ne pas avoir trouvé une petite ouverture... » Sans Bekamenga, suspendu, et Baby, entré à la 68e minute, l'inspiration n'était pas au rendez-vous. En pointe, Diallo a beaucoup donné, sans trouver de véritables situations : un tir, qui aura fuit de peu le cadre (60')... C'est à peu près tout.

Deux beaux arrêts de Lecomte... et beaucoup de gâchis lavallois

Comme contre Clermont, les lavallois n'auront pas su transpercer la muraille adverse, contre un adversaire recroquevillé. Avec quelques failles pourtant... Mais à coups de centres ratés ou ne trouvant pas preneur, de cafouillages sans le bon pied traînant au bon moment, et de difficultés à trouver des positions préférentielles, les partenaires d'Anthony Gonçalves seront restés muet une troisième fois consécutive aux avant-postes. Le capitaine franco-portugais qui aura été l'un de ceux à avoir tenté, et s'être heurté à un Lecomte décisif lorsqu'il le fallait. Sur un coup-franc bien travaillé qui filait sous la barre, malgré une énorme mésentente avec Alla pour savoir qui tirait (69'). En première période, l'ex-portier dijonnais s'était déjà envolé pour claquer une tentative d'Alla aux trente mètres (28'). Lecomte aura également pu compter sur la complaisance de Robic, dévissant sa frappe à gauche dans la surface (32'), ou celle de Renouard qui, dans un match où il s'est trop souvent perdu à vouloir se ré-axer, a également catapulté le ballon hors-cadre dans la surface (47'). Toudic aura lui-aussi été peu clairvoyant, sur un ballon à droite dans la surface, où la précipitation donne lieu à un gâchis d'occasion, et un arrêt facile pour Lecomte (82').

La solidité défensive s'accentue, mais la pénurie offensive également

Comme contre Clermont, et à Lens dans une autre mesure, Laval n'aura pas trouvé les clés devant. Malgré un état d'esprit appréciable : « On est déçu du résultat. Mais au niveau du comportement, que peut-on reprocher aux joueurs ? », pointe Philippe Hinschberger, qui s'est de nouveau prêté au jeu des auto-questions-réponses. « Est-ce qu'on a fait preuve de générosité ? Oui. Est-ce qu'on a de la qualité dans notre jeu ? Oui. Est-ce qu'on a concédé des occasions contre le 4e de Ligue 2 ? Non ». Cappone a été rassurant lorsqu'il le fallait, Adeoti a fini par jouer les libéros à l'ancienne, remontant la balle par les côtés ou l'axe. Au milieu, Coulibaly s'est bien installé en sentinelle... mais ce n'est pas ça qui favorise l'efficacité offensive. « On a les situations pour marquer. Il faut être un peu plus malin ou appliqué dans nos finitions », souffle Hinschberger, qui par ailleurs a gentiment calmé les journalistes demandant quel était le problème, notamment par rapport au système de jeu. « On s'en fou du système de jeu », a-t-il rétorqué. « On aurait mis ce petit but, gagné 1-0, on aurait dit qu'on avait fait un super match ! Ca n'a pas été le cas, je concède que c'est insuffisant dans notre situation ». A force, c'est aussi inquiétant.

Les notes des Tango : Cappone (6,5) - Belaud (6), Adeoti (6,5), Couturier (5,5), Rippert (5,5) - Coulibaly (6,5), Gonçalves (5,5), Alla (7) - Robic (6), Diallo (6), Renouard (5).

CT

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site