En 2012 pas d’ambitions excessives, mais un challenge dans la lignée de 2011

Confortablement installés en première partie de tableau, bien qu’il ne faut surtout pas se reposer sur ses lauriers, le Stade Lavallois peut aborder sereinement 2012, dans le sillage du podium en Ligue 2, et engagé en 32 es de finale de la Coupe de France. Sans excès, mais pas sans ambition. 

joie-but-laval-le-mans.jpgPour la nouvelle année, le Stade Lavallois doit avancer dans la lignée de la précédente, avec les victoires à Nantes et face au Mans. © SO

La reprise 2012, dans son nouveau chez-soi quotidien pour l’entraînement, aux Gandonnières, le Stade Lavallois l’a faite… le 31 décembre 2011. Un moyen de démontrer que les Tango ont pris de l’avance, de la même façon qu’ils sont en avance sur leur tableau de marche affiché en début de saison. Une nouvelle fois l’objectif est de maintenir le club en L2, avec des résultats obtenus en cherchant à produire du jeu comme le théorise Philippe Hinschberger : à mi-parcours, les hommes de l’ancien technicien de Niort sont 7es au classement général, à 3 petits points du podium, avec un jeu homogène qui a trouvé des garantis sur ses différentes lignes.

Une équipe qui a trouvé un équilibre sur le terrain et au classement

Ca n’a pas toujours été le cas, mais la défense emmenée par Arnaud Balijon et le duo Rose-Talmont gagnent en sérénité et donc en garanties, alors que le système offensif, bien soutenu et relayé par les milieux de terrains récupérateurs, possède plusieurs joueurs capables de faire la différence, avec Julien Viale qui s’est démarqué fin 2011 ; inscrivant 4 buts lors des 3 dernières rencontres, et portant son total à huit buts toutes compétitions confondues : 7 en L2 plus 1 en Coupe de France. Ces buts il les doit au travail de toute son équipe, notamment aux coups de pieds arrêtés de la recrue Sébastien Renouard à Nantes ; l’ancien angevin qui s’est parfaitement forgé dans le collectif, comme Franck Signorino débarqué en septembre.

Maintenir une volonté de construire du jeu vers l’avant, quitte à encaisser des buts 

Que souhaiter pour 2012 ? Et bien que le Stade Lavallois continue de nous enchanter comme il a su le faire, toujours avec cette volonté de construire au mieux dans le jeu, avec à la clé un maximum d’efficacité. Même si parfois il faut attendre les ultimes instants de la rencontre (Boulogne-sur-Mer, Reims, Monaco, Bastia… Ainsi que La Suze, voire Sannois Saint-Gratien, en Coupe), mais ça fait partie des charmes lavallois : on peut réellement affirmer que rien n’est joué tant que le coup de sifflet final n’a pas retentit. Et en étant bon joueur on pourra reconnaître que le Stade Lavallois encaisse des buts splendides, légitimant sa solidité défensive malgré 20 buts contre : Yannis Salibur (Boulogne-sur-Mer), Yoann Eudeline (Sedan), Jordan Veretout (Nantes)… Ca participe également à l’aspect spectaculaire des rencontres de Laval, à Le Basser ou en déplacement.

Le droit de rêver en championnat mais aussi en Coupe de France

Pour le retour à la compétition en 2012, c’est à l’extérieur qu’il faudra retrouver ses marques : tout d’abord avec le déplacement de 32es de finale de Coupe de France à Valence. Si l’on n'attendra pas forcément un récital, il sera important de faire respecter la hiérarchie, d’autant que cela ouvrirait la porte à un seizième de finale plus relevé contre un cador de Ligue 1. Les 16es de finale auront lieu fin janvier (21 et 20) : d’ici là, la formation de Fabrice Levrat sera allée à Troyes et aura reçu Istres. Deux rendez-vous déjà important pour repartir du bon pied dans cette Ligue 2 imprévisible, où un bon redémarrage pourrait entraîner une série à consonance de plus en plus ambitieuse au fil du temps, en parallèle d’une Coupe de France où la seule interdiction est de s’interdire de rêver, aussi bien d’affiche de rêve que d’un parcours incroyable.

Le Stade Lavallois a montré en 2011 qu’il était capable de beaucoup de choses, dont de très jolies, il semble plus à même de débloquer des rencontres indécises, de renverser la tendance parfois. S’il ne faut pas précipitamment nourrir de trop grosses ambitions, disons que continuer dans la lignée de 2011 est un challenge alléchant à relever. Et qui désignera lui-même ce que doit concrètement viser le SLMFC pour mai prochain.

Charles.T

© Allez-Laval.e-monsite.com

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site