Brest 1-0 Laval : Un penalty, un rouge et une élimination

Une bien mauvaise première mi-temps, une deuxième trop insignifiante : Laval est passé à côté de ce 32e de finale, qui bascule sur deux faits de jeu.

Bekamenga brest cdf is53Bekamenga est devancé par Tritz, Gonçalves et Konaté sont spectateurs : Laval sort de la Coupe de France sans honneur. © Image Sport 53

A Brest, le Stade Lavallois a connu sa troisième défaite en match officiel contre une équipe de Ligue 2 cette saison. Comme à Dijon et à Ajaccio, l'arbitrage a pesé lourd puisque le seul but du match découle de nouveau d'un penalty litigieux. Mais comme à Dijon et Ajaccio également, avec encore plus d'insistance lors de ce 32e de Coupe de France, les Tango ne doivent d'abord s'en prendre qu'à eux-mêmes. « Il y a un goût amer d'inachevé : on n'a jamais été au bout de nos intentions, on a joué avec le frein à main », regrette Denis Zanko. Brest a maîtrisé la première demi-heure de cette rencontre, seul véritable moment où on a semblé voir un match officiel entre deux équipes pro. Le premier tir du match de Verdier n'inquiète pas Cappone (5'), Bekamenga ne cadre pas suite à un coup-franc (11')... et c'est peu après que le match bascule.

Bis repetita de Dijon et Ajaccio

Verdier entre dans la surface, Konaté tacle : le premier joue merveilleusement bien le coup, le second très mal... et Grougi peut ouvrir le score sur ce penalty (1-0, 18'). Mais les lavallois ne sont même pas piqués au vif, la circulation de balle est très difficile, les relances hasardeuses. Le milieu et l'attaque n'arrivent pas à s'organiser, la défense a des failles : Verdier repique sur la droite, mais ne cadre pas (29'). Les Tango ne sont pas malheureux de ne perdre que d'un but à la mi-temps. Ils peuvent espérer revenir surprendre des brestois peu emballants. Mais le match bascule de nouveau lorsque Konaté met trop d'engagement dans un duel aérien : deuxième jaune, carton rouge (56'). « Quand on se retrouve à dix, il y a un regain d'énergie et de prise de conscience, on resserre les rangs. Ca donne quelque chose de mieux en terme d'engagement », analyse Denis Zanko.

Des tentatives trop timides et trop tardives

On a bien senti que les lavallois avaient envie de contrer cet arbitrage malheureux et ces brestois frileux. Mais comme le résume Denis Zanko : « le match s'est joué sur deux faits de jeu. Sinon il ne s'est pas passée grand-chose ». Laval a mis du temps à vraiment lâcher les chevaux. Hartock s'était détendu sur un coup-franc de Mimoun (52'). Il regarde filer à côté de son but un coup-franc de Gonçalves prolongé par Bekamenga (89'). Laval se met à véritablement pousser quand arrive le temps additionnel. Belghazouani rate une énorme balle de break en contre (90'). Et c'est Couturier qui a finalement la plus belle occasion, sur le dernier ballon au bout du temps additionnel, lorsqu'il se jette contrer un dégagement de Tritz dans la surface brestoise : la balle file juste à côté du cadre (90+4'). Trop tardif, insuffisant... Laval est éliminé.

CT

Les notes des Tango : Cappone (5,5) - Chafik (4,5), Konaté (3,5), Couturier (4), Perrot (3,5) - Guerriero (4), Gonçalves (4,5), Mimoun (4) - Robic (5), Bekamenga (4), Saïd (3,5).

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site