Retour au championnat sans prise de risques

A Clermont, les Tango ont paru bien mieux en place qu'à Brest. Mais ils ont mis longtemps à être percutant devant, ne parvenant pas à faire la différence.

Dzanko is53Denis Zanko se satisfait de cette première moitié de saison, pas du match à Clermont. © Image Sport 53

Le déplacement à Clermont clôturait la phase aller de ce championnat 2014-2015 de Ligue 2. Après cette 19e journée, c'était l'occasion pour Denis Zanko de faire un « mini-bilan de la phase aller » : « on peut estimer qu'il est satisfaisant : on a vingt-sept points, on est difficile à battre. C'était un leimotiv de notre début de saison, pour l'instant on répond plutôt présent ». Mais au moment d'évoquer les dernières performances, le cœur est bien moins jovial que fin 2014 lorsque Laval avait enchaîné des victoires convaincantes. A Clermont, les Tango n'ont jamais atteint un gros rythme. « Comme à Brest », glisse Denis Zanko. Ajoutant : « C'est un nouveau match de retour à la compétition, où il n'y a pas grand-chose à se mettre sous la dent ».

Mieux qu'à Brest, moins bien que fin 2014

Le début de match semblait pourtant assez dynamique, avec les premières tentatives d'attaque de part et d'autres dans les premières minutes. Mais le régime s'est vite essouflé. « Comme contre Brest, on a eu du mal à se mettre en route dans cette rencontre : beaucoup de déchet, pas assez d'agressivité à la récupération... », regrette Denis Zanko. Le bloc mayennais était bien en place face à des clermontois pas à l'aise avec le ballon. Mais dès qu'ils tentaient de jouer plus haut et placer une offensive, les Tango étaient à leur tour peu inspirés avec la balle. « Ca a été poussif pendant un petit plus d'une heure, reprend Denis Zanko. Progressivement, quand Clermont a desserré l'étreinte, on a senti que l'on pouvait avoir des opportunités sur la fin de match ».

Des coups d'éclats trop rares et trop tardifs

L'entrée de Saïd a apporté de l'allant offensif, Guirassy s'est signalé par quelques coups de rein. Il y a eu la tête de Couturier juste à côté à un quart d'heure de la fin (suite à un centre de Saïd), le missile de Zéoula écarté par Jeannin (sur une talonnade de Guirassy). Mais pas grand-chose d'autre de bien tranchant : « on avait des opportunités pour concrétiser en fin de match », mais « on n'allait pas au bout de nos intentions ». Les Tango n'ont pas pu faire mieux que concéder un douzième match nul. Ils s'accrochent à la lisière du premier tiers du classement. A quelques points de ceux qui jouent ouvertement la montée, de ceux qui ont su gagner plus souvent. « On a encore une grosse marge de progression », affirme Denis Zanko. A voir si Laval saura l'exploiter.

CT

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site