Laval précise l'esquisse de son visage 2012-2013

Pour son troisième match de préparation, le Stade Lavallois n'a cette fois pas gagné contre Caen (1-1). Il a cependant affiché un visage aux traits conquérants et séduisants, à l'instar de ce qui pourrait être le sien cette saison s'il garde cette dynamique face à Lorient et Carquefou. Et lors des premiers matchs officiels.

viale.jpg

 Julien Viale, ici au coude à coude avec Sorbon, n'aura pas réussit à marquer contre les bleu et rouge. © SO

Il y avait ce premier match amical contre Tours, à Ballan-Miré sur la route du retour d'une semaine de stage intensif, entre faire gentiment conaissance et tester rudement ses capacités physiques, à Vichy (victoire 3-1 des Tango). Le Stade Lavallois avait agréablement surpris, faisant preuve d'un jeu vivace, avec une défense solide, une attaque volontaire et déjà des automatismes apparaissaient entre joueurs de l'effectif 2011-2012 et les nouveaux (recrues et jeunes). On a notamment vu des duos très prometteurs comme Adéoti-Talmont en défense centrale ou Le Baron-O.Traoré sur les ailes, ainsi que des joueurs à l'essai se fondant au sein d'un collectif bien rodé pour un premier match amical : le gardien belge Mike Vanhamel et le défenseur Manassé Enza-Yamissi (dont l'essai de deux semaines avec Laval a pris fin ce week-end, en attendant la décision de leur proposer ou non un contrat).

Les Tango ont vite trouvé des automatismes, mais le fond de jeu reste (trop) variable

Et puis le second match de préparation est arrivé, à Evron face à une équipe du Mans foudroyée par l'annonce de sa rétrogradation en National une heure avant le coup d'envoi... mais qui a baladé le Stade Lavallois. Au final, la troupe d'Anthony Goncalvès a réalisé un sacré hold-up, inscrivant trois buts en autant d'occasions franches dans le dernier quart d'heure ; mais cela ne fait pas oublier une heure et quart d'acculement, entre l'ouverture du score de Bilal Hamdi et le premier but de Vincent Le Baron. Une heure et quart qui aurait pu récompenser de plusieurs buts le MFC avec d'avantage de précision et réussite. Mais la réussite fuyait les sarthois ce mercredi, tandis qu'elle collait inlassablement à la peau des mayennais. Restait à voir si la réussite serait toujours adhésive pour la troisième rencontre amicale, contre le Stade Malherbe de Caen, ou si les Tango s'effondreraient... ou retrouveraient un jeu intéressant, guidé par autre chose qu'une réussite à tout-va.

Contre Caen, Laval n’a pas gagné, mais aura au moins séduit dans le contenu

Et après cette rencontre face aux normands, Laval semble avoir retrouvé le visage qui sera le sien en cette saison 2012-2013. Un visage entre supériorité permanente dans le jeu se répercutant au final sur le tableau d’affichage, et match raté ou seule insolence de réussites peut les sauver ; un visage entre ceux de Tours et Le Mans. Le visage d’une équipe difficile à jauger en raison d’un large renouvellement de l’effectif, avec un recrutement dont on saura sur la durée s’il a amélioré a qualité du groupe. Mais une équipe qui demeure certes un petit poucet financier de Ligue 2, et qui a donc parfois une classe d'écart avec ses adversaires, mais dont la philosophie de jeu inculquée par Philippe Hinschberger ne rend plus rien impossible. Au contraire.

Reste à garder cet aspect plaisant lors des deux derniers amicaux... et l'entame du championnat

Ainsi ce 14 juillet, les hommes de l'ex-technicien niortais ont retrouvé des garanties dans leur jeu par rapport au Mans. Certes c'est Caen qui a souvent tenu le ballon tout au long de la rencontre, mais le faisant beaucoup tourner derrière sans exercer de vraies projections offensives. Evidemment les normand sont eux-aussi en pleine préparation, mais leurs difficultés à aller de l'avant doivent également relever le bon cadrillage du terrain des Tango - qui inauguraient à l'occasion leur nouvelle tunique blanche. Des Tango, notamment guidés par le duo Betsch-Goncalvès dans l'entrejeu, qui n'en ont pas pour autant oublié leurs vélléités offensives. Ils ont d'ailleurs ouvert le score à la demi-heure de jeu, après quelques tentatives vaines, par Fabrice Do Marcolino (tout proche de doubler la mise dans la foulée), profitant d'une belle remise de Pierre Talmont. Pierre Talmont, l'un des symboles de cette équipe lavalloise en reconstruction bien amorcée pour 2012-2013. Contre Tours et Le Mans il avait épauler avec expérience Enza-Yamissi et autre Jordan Adéoti ou Makan Traoré, face à Caen il a démontré le soutient entre les différentes lignes qui doit animer l'état d'esprit du Stade Lavallois. En outre, son but contre son camp, sur une mésentente avec un pourtant autre pilier de l'équipe depuis plusieurs années, Arnaud Balijon, démontre également que ce Stade Lavallois peut encore se perfectionner d'ici l'entame du championnat dans une semaine et demi. Bien que son visage se dessine de plus en plus précisément, en semblant séduisant. Il reste deux amicaux pour le confirmer, avant la compétition officielle.

Charles. T

 © Allez-Laval.e-monsite.com

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site