Bilan de PH : Prolongation, ambition et mercato

Deuxième partie du bilan de Philippe Hinschberger, au lendemain de l’issue de la saison 2011-2012. Celle de 2012-2013 est déjà en préparation, entre sa prolongation de contrat officielle et le marché des transferts imminents.

hinschberger-porlongation.jpgSa prolongation de contrat officialisée, Philippe Hinschberger peut aborder le mercato avec son président Philippe Jan. © SO

Après avoir livré son sentiment sur la saison 2011-2012 qui vient de s’achever, Philippe Hinschberger enchaîne en abordant l’avenir. Ca sera avec lui sur le banc, d’autant qu’il a prolongé son contrat en début de semaine dernière. « C’est le signe que le club me fait confiance et que j’ai envie de continuer avec le Stade Lavallois. J’ai un président avec lequel on a un bon fonctionnement : un président qui préside, qui gère le financier et les décisions, et un entraîneur qui entraîne, qui s’occupe de ses compositions d’équipe, fait ses choix sur le terrain. » On a appris que le début des négociations pour cette prolongation remontait à mars, quand le Stade Lavallois était au plus mal. « Il y en a sûrement qui ont voulu mon départ à ce moment-là, au sein-même du club, mais on a la chance d’avoir un président qui ne panique pas dans les moments difficiles, de la même façon qu’il ne s’enflamme pas excessivement quand on gagne. Personnellement en mars j’ai gardé ma ligne de conduite, ça personne ne pourra me le reprocher. » Et l’ancien technicien de Niort est bien décidé à la garder pour la suite !

« Un effectif réduit et une formation pas au niveau »

A commencer par le mercato : « On fait partie des cinq plus petits budgets de L2, et qui dit budgets dit masse salariale. C’est pour cela que nous cherchons à dénicher le bon joueur en National, voire en CFA. Parce que un bon joueur de Ligue 2, c’est 30 000 à 50 000 euros : or Laval n’a pas les moyens. » Selon son entraîneur, Laval n’a pas non plus les moyens de puiser dans son équipe réserve : « Maxime Hautbois et Kévin Perrot vont signer professionnels, Anthony Gonçalvès est devenu une pièce maîtresse de l’équipe… Mais cette année il y a un vrai déficit de l’équipe réserve, qui a 95 chances sur 100 de descendre en DH. Ajouté à cela le problème des arbitres qui nous empêchent de prendre des joueurs amateurs pour la réserve : on ne peut prendre qu’un joueur sous contrat stagiaire ou professionnel, c’est 2190 euros brut. Là encore, nous n’avons pas les moyens. » Avec un « effectif limité et une formation pas au niveau », Philippe Hinschberger justifie ses ambitions sans excès.

« Une ossature », « des révélations » et des « cas épineux » à gérer

L’effectif réduit, il y tient : « Je préfère un bon latéral gauche que deux moyens ». Le poste latéral gauche est l’une des interrogations du marché des transferts qui s’ouvrent, et Philippe Hinschberger, là encore, joue carte sur table : « On est en discussion avec nos meilleurs joueurs, et on risque de les perdre. » Et puis il y a les « cas épineux » des joueurs sous contrat, mais disposant d’un bon de sortie : « Kévin Aubeneau s’est senti mal dans son rôle de doublure. En parallèle, Hautbois a progressé et a même pris un léger avantage. Antoine Ponroy et Romain Ciaravino sont des joueurs qui ont été souvent blessés, et qui posent la question de savoir si l’on peut continuer avec des joueurs dont la forme est aussi incertaine. Reste Jérôme Lebouc qui a raté sa saison : rapport qualité-prix, c’est trop cher par rapport à son rendement. » Du coup pour 2012-2013, PH veut reconstruire autour de « l’ossature des Talmont, Belaud, Balijon et autre Gimbert », « Sébastien Renouard qu’on pourrait faire revenir », ainsi que des « révélations comme Perrot et Le Baron », avec un « recrutement en fonction des départs, quantitativement et qualitativement ».

« Rendez-vous pour les matchs de préparation, et surtout le 27 juillet pour le premier match en Ligue 2. »

Pour le terrain, Philippe Hinschberger a déjà anticipé les ingrédients de la possible réussite pour la reconstruction en 2012-2013 « Bien démarrer la saison, rester sur le jeu, car en toute modestie nous sommes une équipe qui pratique l’un des plus beaux footballs de Ligue 2. Et comme je l’ai dis, mettre plus de puissance et d’engagement à l’extérieur pour y prendre plus de points, en restant performant à domicile avec notre intérêt pour le jeu. » Son mot de la fin pour les supporters : « Nous avons un public qui connaît le football, on l’a vu contre Le Havre où l’on prend des « Olé » et autres quolibets. Il faut l’accepter. Les matchs à Le Basser sont sympas, c’est souvent de bonnes fêtes et c’est à nous d’être performant sur le terrain. Après je répète que l’objectif majeur du Stade Lavallois reste le maintien ; mais bien sur que si on peut faire mieux, on le fera. Gardons une bonne image de cette saison, malgré le dernier mois difficile. Là on va partir se ressourcer, ça va faire du bien à tout le monde. Rendez-vous pour les matchs de préparation, et surtout le 27 juillet pour le premier match en Ligue 2. Et vive le Stade Lavallois ! »

Charles.T

L’avis de Philippe Hinschberger sur la saison 2011-2012

© Allez-Laval.e-monsite.com

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×