Bilan individuel 2011-2012 : milieux et attaquants

La saison 2011-2012 est finie, c’est maintenant l’heure des vacances ; mais avant cela du bilan. Après celui de toute l’équipe, passons au crible chaque joueur de l’effectif un par un. Deuxième partie : les milieux de terrain et attaquants.

losilla-eag.jpgAnthony Losilla a été l'une des pièces maîtresses du Stade Lavallois cette saison, dans l'entrejeu ou en dépannage en défense centrale. © SO

Fabrice Levrat (24m - 20t - 1787min - 1b - 10j)
Capitaine en début de saison, le numéro 24 n’est pas parvenu à faire une saison pleine, la faute à des pépins physiques et plusieurs rencontres approximatives qui ont poussé le club à la décision que l’on sait : Levrat ne sera plus lavallois la saison prochaine. Il a pourtant toujours cherché à faire preuve d’abnégation devant sa défense, s’offrant également un but magnifique contre Lens, cependant ses jambes n’ont plus le rendement nécessaire pour ce que l’on attend de lui.

Anthony Gonçalvès (31m - 27t - 2428min - 2b – 12cj)
Lui-aussi incarne la hargne à la récupération, et s’il a encore été le lavallois le plus averti de la saison, il a semblé progresser dans la maîtrise de ses interventions. Il a également délocalisé sa combativité sur les côtés pour amener des centres intéressants, avec un pied droit qui a notamment permis d’inscrire un coup-franc magnifique contre Lens (il a marqué un autre but de la tête contre Guingamp durant la première partie de saison). Ses pépins physiques de 2010-2011 sont maintenant loin, « Gonç’ » peut pleinement s’exprimer.

Anthony Losilla (36m - 33t - 2931min - 2b - 2p –8cj)
Son style est différent de ses deux collègues, d’avantage dans la justesse que la puissance, ce qui ne l’empêche pas d’être au moins aussi efficace. Dépanneur en défense centrale, en vraie sentinelle devant sa défense ou dans un registre un cran plus haut pour alimenter le jeu offensif, « Toto » a montré l’étendue de son talent – même s’il a parfois manqué de régularité, et donc de réalisme -. On retiendra entre autre de lui son doublé contre Amiens, avec un tir de 25 mètres qui touche la barre et rentre : probablement l’image qui a marqué son passage lavallois, avant de s’orienter vers la Ligue 1.

Lhadji Badiane (11m – 9t – 726min – 2b – 2pd)
Le bilan pour lui n’a pas évolué depuis la trêve : il doit toujours soigner sa terrible blessure au genou, survenue face à Arles-Avignon le 21 octobre 2011, après un début de saison plein de promesses. Il avait notamment déjà inscrit deux buts et signé deux passes décisives… Reste maintenant à savoir quand il pourra revenir démontrer l’intégralité son talent.

Romain Ciaravino (2m - 2t - 136min - 1pd)
Lui-aussi les gros pépins physiques il a donné cette saison : arrivé blessé au Stade Lavallois, mais avec toute la confiance de Philippe Hinschberger, l’ex-istréen n’aura finalement foulé que deux fois le gazon de Ligue 2 cette saison. Une première encourageante à Le Basser contre Lens, avec du panache et une passe décisive, laissant paraître que Laval avait bien fait d’attendre. Problème, le numéro 8 a rechuté ce soir-là, et n’est revenu que pour le dernier match de la saison contre Clermont, après plusieurs apparitions en CFA2.

Ludovic Gamboa (31m - 25t - 2166min - 3b - 5p - 1j -1r)
Recruté à Reims où il avait, lui-aussi, été longuement écarté des terrains, il est arrivé avec plein d’envie à Laval et l’a démontré dès les premiers matchs. En jambe plus vite que ses partenaires, il a notamment offert la victoire contre Monaco et délivré de nombreuses passes décisives (la LFP a notamment oublié celle qu’il a délivrée à Metz, ce qui l’empêche pas d’être meilleur passeur du club). Stoppé dans son élan par son expulsion contre Guingamp, il a eu de la peine à vraiment revenir, mais sa motivation et sa patte gauche jouent en sa faveur, même si l’efficacité a eu plus de mal à suivre en 2012.

domarcolino-lemans.jpg
Fabrice Do Marcolino a été le grand homme de la fin de saison lavalloise, avec ses deux doublés contre Nantes et au Mans. © SO

Vincent Le Baron (28m - 18t - 1482min - 2b - 2p)
Finalement c’est le grand gagnant au milieu de terrain – le malheur des uns fait le bonheur des autres. Profitant de la méforme et des blessures de ses co-équipiers, il a pu grappiller du temps de jeu tout au long de la saison, laissant admirer tout l’étendu de son talent balle au pied. Parfois un brin individualiste, il a souvent manqué de précision au bout de ses grigris mais a convaincu Philippe Hinschberger de le placer dans l’effectif professionnel pour la saison prochaine.

Sébastien Renouard (22m - 18t - 1607min - 2b - 3pd - 3cj)
Lui-aussi a profité des blessures et des malheurs d’autrui puisqu’il est débarqué à l’automne, dans le costume de joker médical. Un costume qui ne lui a pas été trop mal : il a vite fait admirer son talent sur coup de pied arrêté, et sa vivacité dans le jeu. Cependant il a également manqué d’application dans le geste important lors de plusieurs matchs, durant la suite de la saison. Ce qui n’empêche pas le staff d’hésiter à prolonger son expérience mayennaise.

Jérôme Lebouc (33m - 19t - 1742min - 1b - 2pd - 3j)
De héros à zé…héros malchanceux ? Difficile de faire le lien entre le Lebouc de 2010-2011, impliqué dans quasiment tous les bons coups de son équipe, et celui de 2011-2012 qui n’aura marqué qu’une fois, et délivré deux passes décisives. Sa qualité de frappe et de centre sont encore là, sa vision du jeu aussi : mais ces caractéristiques, comme l’ensemble du joueur, ont manqué de régularité cette année.

Martin Mimoun (1m – 13min)
Il a rejoint le groupe professionnel à l’entraînement durant l’hiver, il a réalisé ses premiers pas avec l’équipe première sur la pelouse du leader Bastia. On devrait le revoir la saison prochaine, le SLMFC lui ayant proposé un nouveau contrat amateur au contact du groupe pro.

Justin Trideau (1m – 12min)
Apparu à plusieurs reprises en matchs amicaux de pré-saison, il a disputé ses premières minutes professionnelles dès la 3e journée de Ligue 2 contre l’US Boulogne-sur-Mer CO à Le Basser fin août. Prometteur… mais ce fut sa seule apparition de la saison avec Laval. De sa carrière aussi peut-être, le club n’ayant pas souhaité le prolonger.

Cyrille Lhuissier (1m – 25min)
Lui non plus ne sera pas conservé cet été, alors que Philippe Hinschberger l’avait pourtant vanté à plusieurs reprises : durant les matchs amicaux de pré-saison, lors du départ de Do Marcolino à la CAN… Il a fait ses débuts professionnels sur la pelouse de Guingamp, en rentrant peu après l’heure de jeu et se procurant deux tirs.

Julien Viale (35m - 23t - 2063min - 11b – 2cj)
Dès le début de saison il a été décisif, alors que son équipe se mettait péniblement en route : il égalise au Havre, marque les penaltys contre Boulogne et Istres… Et puis il a continué tout au long de la saison d’être buteur, en alternant certes avec des rencontres où il était fantomatique et inexistant. Mais on ne retiendra de lui que ses 11 buts marqués, et un attaquant discret qui sait se faire oublier, pour souvent surgir au moment parfait : de quoi espérer au moins le même bilan la saison prochaine ?

Ghislain Gimbert (36m – 25t - 2318min - 6b - 3p – 4cj)
Difficile pour lui de se faire une place dans ce bilan de fin de saison : attaquant le plus utilisé (notamment en terme de titularisations), il a été au final le moins efficace. Tantôt aligné dans le rôle du pauvre attaquant esseulé pressant la défense adverse, tantôt dans celui de l’attaquant épaulé et devant conclure les assauts de son équipe, il aura scoré six fois ; s’avérant d’avantage altruiste dans ses efforts qui libéraient des espaces pour ses partenaires.

Fabrice Do Marcolino (29m - 12t - 1272min - 7b – 3pd - 1cj)
L’été dernier, on ne savait même pas s’il resterait cette saison. Maintenant le Stade Lavallois veut le prolonger dès que le championnat se termine : héros contre Reims en septembre, il est revenu en pleine bourre sur la fin de saison, réduisant le score contre Bastia, avant d’inscrire deux doublés qui ont pesé lourd dans le maintien : contre Nantes et au Mans (+ un penalty face à Châteauroux). Comme Viale, s’il a connu des matchs difficiles ou rien n’a été, on ne retiendra que les buts qu’il a marqués, ainsi que les points qu’il a rapportés.

m=matchs ; t=titularisations ; min=minutes jouées ; b=buts ; pd=passes ; cj=carton jaune ; cr=carton rouge

Charles.T

© Allez-Laval.e-monsite.com

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×