Laval 1-1 Châteauroux : Tout le monde est content

Entre deux équipes qui n’avaient plus rien à jouer, si ce n’est finir le mieux possible (et éviter un improbable cataclysme de la relégation, pas encore évitée mathématiquement), on a vu de belles choses, mais pas assez pour que les Tango, menés au score, ou les castelroussins, réduits à dix, ne l’emportent.

domarcolino-berri.jpgFabrice Do Marcolino, encore lui, a sorti les siens du pétrin castelroussin sur penalty. © SO

Alors que le maintien était considéré comme acquis après les deux victoires de Nantes et Le Mans, Laval entamait le sprint final de mai avec l’objectif de prendre le plus de points ; si possible, plus de cinquante en accrochant une place dans le top 10. Le match de ce mardi 1er mai était le symbole de deux équipes n’ayant plus grand-chose à jouer, mais désireuses de grappiller encore des places et des points avec une confrontation directe : le dixième accueillait le neuvième. Et la rencontre a été longtemps indécise et équilibrée entre les deux formations. Après un premier coup dur avec la sortie sur blessure de Baby (10e), les visiteurs vont allumer la première mèche : Kashi est déséquilibré par Le Baron, mais l’arbitre laisse jouer et Beauvue hérite du ballon, avant d’expédier son tir à côté du but de Balijon (15e). Réponse des locaux avec Viale, lancé par Renouard, mais Fernandez remporte son duel et écarte en corner (17e). Châteauroux surenchérit avec Lafourcade qui tente de loin : Balijon joue la sécurité et dévie lui-aussi en corner (24e).

Laval semble gérer plus que Châteauroux, mais sans concrétiser

Si La Berrichonne va plus de l’avant lorsqu’elle a le ballon, les Tango font eux d’avantage tourner avec sérénité, cherchant à construire leurs assauts, vains jusqu’à la mi-temps ; malgré l’activité de Viale aux avant-postes. Le numéro 22 est contré suite à une déviation de Do Marcolino (34e), puis il s’emmêle les pinceaux après un une-deux avec Losilla (36e), reprend de la tête un centre de Gonçalvès que capte Fernandez (39e), avant d’être trop court sur l’ultime corner précédant la pause, la faute à une déviation in extremis d’un castelroussin juste devant lui (45+1e). A la mi-temps, on peut se dire que les quarante-cinq premières minutes sont satisfaisantes… à conditions que les mayennais parviennent à faire preuve de réalisme au retour des vestiaires. Malheureusement, Arnaud Balijon et ses partenaires vont être cueillis à froid dès l’entame du second acte : suite à une passe mal négociée de Le Baron, Drouin peut transmettre à Lafourcade qui se joue de la défense centrale, et conclut d’un tir placé du pied droit (0-1, 47e).

Douche froide au retour des vestiaires, Lafourcade ouvre le score

Sonné, Laval peut rapidement réagir avec Losilla qui remonte le ballon et sert Viale, profitant de la glissade de Fournier pour aller défier Fernandez, mais le portier castelroussin garde sa cage inviolée (54e). Puis sur un coup-franc, Pallois place un premier coup de tête dévié, Do Marcolino remet le ballon et le numéro 3 (buteur dans cette position contre Clermont, Bastia et Le Mans) manque le cadre aux six mètres (57e). Le coup-franc de Le Baron arrive ensuite jusqu’au second poteau où Losilla prend le dessus sur des castelroussins qui se gênent, mais ce n’est pas cadré (60e). Laval pousse, sans réussite : et puis la rencontre va basculer. Lafourcade sèche Perrot et est sanctionné d’un carton jaune… avant que l’arbitre ne voie le latéral mayennais contraint de sortir, blessé, et finalement c’est le carton rouge pour le buteur castelroussin (67e).

Lafourcade expulsé, l'incontournable Do Marcolino sauve la mise sur penalty

Philippe Hinschberger abat alors ses dernières cartes : après Lebouc, c’est Talmont et Gimbert qui rentrent simultanément. Mais c’est Lebouc, avec l’aide de Rose, qui va permettre à Laval de revenir dans le match : sur un centre du numéro 28, un penalty est sifflé pour un duel entre le numéro 10 et le défenseur Sambou (tacle illicite ? main ?). L’homme en forme du moment Do Marcolino prend ses responsabilités : le gabonais tire sur la gauche de Fernandez, pris à contre-pied (1-1, 79e). Châteauroux manque de remettre un coup de massue deux minutes plus tard sur un coup-franc grâce à Fournier, mais Signorino dégage son camp (83e). Sur la fin, les Tango vont placer quelques coups de collier pour tenter d’arracher la victoire, particulièrement dans le temps additionnel : Fernandez se couche bien sur un retourné de Lebouc (90+2e), avant que Renouard n'ait la balle de match en manquant de peu de dévier un tir de Do Marcolino (90+4e), et que l’ultime tentative de Losilla ne soit contrée (90+5e). Le Stade Lavallois mfc se contente donc d’un point ce mardi : probablement celui qui lui assure cette fois son maintien pour de bon ; en attendant trois matchs contre des équipes qui auront, elles, encore de gros objectifs (maintien pour Boulogne-sur-Mer et Le Havre, montée pour Clermont).

Charles.T

STADE LAVALLIOIS MFC 1–1 LA BERRICHONE DE CHÂTEAUROUX (0-0)

35e journée de Ligue 2 – Stade Francis Le Basser

M.Lesage - 4991 spectateurs

BUTS : Do Marcolino (79e, sp) ; Lafourcade (47e)

AVERTISSEMENTS : Pallois (80e) ; Kashi (14e), Fauque (38e)

EXPULSION : Lafourcade (67e)

LAVAL : Balijon(cap) – Perrot (Talmont, 68e), Rose, Pallois, Signorino – Le Baron (Gimbert, 62e), Gonçalvès, Losilla, Renouard – Viale (Lebouc, 68e), Do Marcolino. Non-entrés : Hautbois, Levrat. Entraîneur : P.Hinschberger.

CHÂTEAUROUX : Fernandez(cap) – Fauque, Sambou, Fournier, Inez – Hautcoeur, Baby (Dohin, 9e), Kashi, Moulin (Reynaud, 87e), Beauvue (Dupuis, 76e) – Lafourcade. Non-entrés : Caradec, Orinel. Entraîneur : D.Tholot.

© Allez-Laval.e-monsite.com

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site