Les Tango veulent arriver à bon port

En voyage à Boulogne-sur-Mer, le Stade Lavallois mfc aura – comme contre Châteauroux – pour mission de jouer libéré, mais pas en roue-libre : c’est-à-dire en respectant l’adversaire, avec une recherche de jeu, et bien sûr d’efficacité pour finir au mieux.

laval-usbco.jpgVendredi soir, l’apaisement et les amitiés attendront la fin du match entre nordistes et mayennais. © SO

Neuf points d’avance sur la zone de relégation et un goal-average favorable (+3), alors qu’il reste trois matchs (donc neuf points prenables) : il semble que cette fois le maintien soit acquis pour le Stade Lavallois mfc. A moins d’un improbable cataclysme : c’est-à-dire un sursaut d’actuel(s) reléguable(s) combiné à une dégringolade mayennaise. C’est pour cela qu’il n’est pas question de conclure en roue-libre : afin de finir le plus haut possible, et ainsi contourner les ultimes scénarios funestes qui peuvent demeurer. Sans la crispation d’une relégation proche. Une crispation qui peut enfouir dans une spirale négative où le mauvais classement engendre des matchs ratés, qui enfonce au classement, et le cercle vicieux mène souvent vers la descente à l’étage inférieur. Mais à tout moment, cette crispation peut aussi éclater et laisser le mal-classé resurgir de ses cendres : Laval l’a appris à ses dépends face à Monaco ou Guingamp. Il faudra montrer que la leçon est retenue à Boulogne-sur-Mer, ce vendredi.

Prendre encore un maximum de points pour se contenter de plus qu’un simple maintien

Troisième match en une semaine pour les Tango, qui ont pris 7 points sur leur trois dernières sorties ; ce qui a permis de forger leur écart avec la zone de relégation, où gît l’USBCO depuis trois mois. Quinzième attaque, quatorzième défense : des chiffres qui ne sont pas forcément ceux d’un avant-dernier ; pourtant les Rouge et Noir pointent à huit longueurs du premier non-reléguable (et six du 18e)… et le maintien serait désormais un miracle phénoménal ! En tout cas, rien ne leur interdit de rêver, et ils peuvent eux-aussi jouer totalement libérés, sans aucune pression : c’est leur ultime chance de s’en sortir. En cas de tornade de la part des Maritimes, ce sera aux lavallois d’être réactifs, en restant imperméables derrière, et pourquoi pas en allant placer un contre-assassin ; ou plus. Car une bête blessée peut s’avérer très dangereuse si elle se réveille, mais en accentuant sa plaie on peut empêcher son réveil : c’est ce qui arrive à Boulogne depuis plusieurs semaines…

Les lavallois doivent respecter l’adversaire et les équipes qui ont encore de gros enjeux en cette fin de saison

Vendredi au Stade de la Libération, Laval (11e avec 47 points) sera… libéré. A eux justement d’en profiter pour jouer sans pression, ni sentiment : comme l’a dit Franck Signorino, son équipe va croiser la route de plusieurs équipes qui ont, elles, encore de grosses choses à jouer sur les dernières journées (descente pour l’USBCO et Le Havre, montée pour Clermont). Au Stade Lavallois d’être sport, et de jouer tous les matchs avec la même intensité, afin d’être impartial sur ces dernières journées. L’intensité de Châteauroux peut satisfaire sur une fin de saison comme celle-ci : à condition qu’elle permette de proposer un jeu qui ouvre la porte à la réussite, à savoir un peu de spectacle et des points à la fin. Ainsi les Tango pourront atteindre leur objectif, pas vraiment précis même si l’on parle d’une place dans le top 10 avec plus de cinquante points : finir le mieux possible. Sur le terrain, et au classement.

Charles.T

© Allez-Laval.e-monsite.com

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×